Bienvenue au CCC PDF Imprimer Envoyer
Samedi, 26 Novembre 2005 04:03
Ça y est le CCC a enfin son site web ! Certes il sera amené à évoluer, mais voilà déjà une première ébauche.

Pour connaître toute l'histoire du CCC, ses activités, ses missions ou en savoir plus sur un ciné-club, cliquez pour lire la suite ...

CCC - notre histoire

 

Le Centre Culturel Cinématographique a été créé le 21 février 1967. Les membres fondateurs veulent, à travers cette association (de type Loi 1901) « promouvoir la culture populaire et l'éducation permanente en s'inspirant de l'idéal laïc ». Sachant que la plupart viennent de l'enseignement (8 d'entre eux sur 13 sont enseignants), on peut comprendre un tel postulat. D'ailleurs, dès le départ, l'association est affiliée à l'OROLEIS (et cela jusqu'en 1973).
Le tout jeune CCC s'installe au 3 rue de Strasbourg (à Grenoble, bien entendu), dans des locaux appartenant à la Fédération des Œuvres Laïques. La première séance a lieu le 12 mars 1967 avec la projection de Un homme à brûler de Paolo et Vittorio Taviani, dans la salle occupée aujourd'hui par le cinéma Le Méliès. En 1973, l'association déménage au 4 rue Hector Berlioz (adresse actuelle) et les projections se font à la Salle des Concerts, devenue depuis la Salle Juliet Berto.
Incontestablement, les années 1970 ont vu se développer nombre d'associations dans l'agglomération grenobloise. La période, portée par les événements de mai 68, est propice au foisonnement culturel et le CCC, comme beaucoup d'associations, est en plein essor. Les cinémas de quartier ne sont pas encore des multiplexes et la télévision n'est pas encore une concurrente.
De plus, les films sont loués à des prix raisonnables pour les Ciné-clubs, ce qui permet au CCC de projeter deux films différents chaque semaine, le mardi et mercredi soir. Le « Cinéma Enseignement » propose aux lycéens un film en VOSTF (Version Originale Sous-titrée Français) chaque mardi et une fois par mois l’après-midi, un film est projeté pour le « Cinéma Retraités ». De plus, l'association « Cinéma Enfants », issue du CCC, propose des séances tous les mercredis après-midi.
En 1976, la municipalité octroie une subvention pour un poste permanent d'animateur à plein temps au sein de l'association qui recense plus de 2000 adhérents l'année suivante.
A partir de 1980, le nombre d'adhérents commence à chuter. Les complexes se multiplient et les prix de location des films augmentent fortement.
En 1983, l'association traverse une crise importante et frôle la dissolution mais une équipe de cinéphiles motivés décide de la reprendre en main. Le poste d'animateur est supprimé, il est remplacé par un poste de secrétaire-comptable. Le « Cinéma Enseignement » se transforme et devient « Ciné Langues » en étroite collaboration avec le CRDP.
Les 20 ans du CCC, en 1987, sont l'occasion de faire un bilan. Celui-ci est positif puisque malgré des difficultés diverses, le ciné-club est encore là et toujours animé par des bénévoles passionnés.
En 1991, l'association « Ciné Bamboche » (ex « Cinéma Enfants ») met la clé sous la porte. Le CCC reprend cette activité et projette une fois par mois un film pour enfants dans le cadre de son « Ciné Mercredi » (en collaboration avec les MJC et les Maisons de l’enfance).
En 1992, la subvention de la municipalité baisse de 40,6% : le poste de secrétaire-comptable devient un poste à mi-temps.
En 1998, la Salle Juliet Berto est rénovée. Un hommage est rendu à Juliet Berto, actrice et réalisatrice grenobloise, en collaboration avec la Cinémathèque de Grenoble. A cette occasion, l'intégralité des films qu'elle a réalisés est projetée : Neige (1981), Cap canaille (1983) et Havre (1986). Cette même année, la subvention baisse de nouveau de 40% : cela entraîne la perte du demi-poste de secrétaire-comptable.
En 2001, « Ciné Langues » s’arrête : les enseignants rencontrent de plus en plus de difficultés à faire venir leur élèves.
En 2003, la subvention municipale est de nouveau diminuée : cette fois de 60 %, ce qui nous oblige en 2005 à arrêter les séances de « Ciné Mercredi ».
Les années 2000 seront-elles de mauvaise augure pour l'association : ouvertures de multiplexes, prolifération du DVD et développement des chaînes thématiques ? Mais le CCC reste présent : attirer de nouveaux adhérents de tous horizons, diffuser des films du patrimoine souvent invisibles sur grand écran, défendre un cinéma différent et pérenniser une tradition culturelle de débats avec les spectateurs.

 

 CCC - nos activités, aujourd'hui

Ciné-Club _________________________________________

Tous les mercredis, un film est projeté en soirée. Les films programmés (en VOSTF pour les films étrangers) sont souvent des jalons de l'histoire du cinéma, regroupés par thème (un auteur, un acteur, un pays, une idée…) et replacés dans leur contexte artistique, historique, sociologique. Les projections sont précédées d'une présentation du film et suivies d'une discussion. Une fiche, contenant le générique du film, la filmographie du cinéaste et des critiques, est fournie aux spectateurs.

Partenariats _________________________________________

Régulièrement le CCC s’associe à d'autres associations afin de permettre la projection de films différents dans un cadre spécifique. (Musée Géo-Charles d’Echirolles, Centre d’Information Inter-Peuples, Survie Isère, Association Franco-Hellénique de Grenoble, à titre d’exemples) Dans le cadre universitaire, le CCC participe depuis plusieurs années aux « Rencontres Ethnologie et Cinéma ». Par ailleurs, le CEP le Méliès nous donne régulièrement « Carte Blanche » dans sa salle rue de Strasbourg.

Documentation

_________________________________________

Le CCC s'est constitué au fil du temps une documentation importante sur le cinéma qui peut être consultée par les adhérents de l'association. Cette documentation, composée de revues (Cahiers du Cinéma, Positif, Jeune Cinéma, la Revue du cinéma, Ecran, Images & Son, Cinéma…) d'articles de presse (Télérama, Le Monde, Nouvel Observateur, Libération, Les Inrockuptibles) et de recueils d'articles critiques, regroupe actuellement des dossiers sur plus de 19 600 films, acteurs et réalisateurs.

 

 

Qu'est-ce qu'un Ciné-Club ?

Définition _________________________________________

Ciné-club : nom masculin (pluriel : ciné-clubs). Association juridique, d'institutions et de personnes, visant à initier ses adhérents à la culture cinématographique. (Larousse du Cinéma)
Le mot ciné-club a été créé, en 1920, par Louis Delluc, grand réalisateur de cinéma français au temps du muet et grand critique, l'un des premiers à considérer le cinéma comme un Art, ce qui sera, également, la vocation des Ciné-Clubs.
Le ciné-club est une association, à but non lucratif, selon la loi de 1901. Il est soumis à la réglementation dite du « cinéma non commercial ».
Il n'est pas un club de cinéastes amateurs, ni une Cinémathèque ou un Musée du Cinéma, ni un club d'esthètes.
Il est, avant tout, un groupe de personnes qui ont choisi de partager le plaisir de découvrir, ensemble, un film et les artistes qui l'ont fait, et cela, en toute liberté, sans soumission aux modes, aux conformismes, à la rentabilité commerciale. Une séance de Ciné-Club, c'est une fête, centrée sur l'art de notre siècle, le langage de notre temps ; c'est une ouverture sur le monde, sur l'universalité de l'homme. C'est un espace d'échanges, de discussions, de connaissances, de formations.

 

Le Mouvement Ciné-Club

L'histoire

_________________________________________

Dans les années 1920-1930, s'appuyant sur le cinéma d'avant-garde, cinéastes et artistes commencent à « théoriser » une autre approche du cinéma que celle du simple divertissement : Louis Delluc, Riccioto Canudo, Les Amis de Spartacus, Jean Vigo inventent l'analyse cinématographique que d'autres, Léon Moussinac, Georges Sadoul, vont transformer en mouvement de résistance contre la censure, essentiellement en faveur du cinéma soviétique. L'histoire naissante du cinéma est liée à celle de ces quelques ciné-clubs expérimentaux dont le merveilleux bouillonnement est interrompu par la guerre.
Mais tout paraît possible, dès la libération, après cinq années de barbarie et de privations. Tout, même le fait d'arracher le cinéma au commerce. Se créent, de façon totalement anarchique, des centaines d'associations qui se donnent le nom, inventé par Louis Delluc, de Ciné-clubs.
Les fondateurs du mouvement ne respectent qu'une seule règle : celle de la liberté retrouvée. Ils sont enseignants, étudiants, membres de professions libérales, ouvriers syndicalistes, anciens résistants, totalement indifférents aux règles de « l'exploitation cinématographique commerciale » dont la conception leur semble appartenir à un passé révolu.
Une violente opposition éclate rapidement de la part des professionnels de l'exploitation contre un mouvement associatif inconnu et insaisissable qui pourrait bien devenir une dangereuse concurrence à un commerce resté, lui, dans la tradition de la rentabilité à tout prix.
Des poursuites sont engagées contre quelques indésirables que l'on appelle déjà animateurs de ciné-clubs. On va même jusqu'à traîner devant les tribunaux Jean Michel, professeur de lettres, fondateur du Ciné-club de Valence, inventeur de la forme la plus accomplie du Ciné-club, celle du Ciné-club de jeunes. Et Jean Michel gagne le procès et, avec lui, l'ensemble du mouvement.

Il est reconnu, alors, à toute association (loi 1901) le droit d'organiser des séances cinématographiques dans un but culturel et non lucratif.
La loi de Waldeck-Rousseau définissant, depuis 1901, l'association comme « la convention par laquelle deux ou plusieurs personnes mettent en commun, d'une façon permanente, leurs connaissances ou leur activité dans un but autre que celui de partager des bénéfices » ne s'était jamais, en près d'un demi-siècle, approchée de si près d'une activité éminemment commerciale comme celle du cinéma.
C'est la raison pour laquelle l'activité des Ciné-clubs est, depuis 1946, soumise à une réglementation notifiée par un certain nombre de décisions officielles qui se trouvent rassemblées dans ce que l'on appelle, commodément, le statut du cinéma non commercial du 6 janvier 1964 et qui a, pour notre Mouvement, force de loi. Ces dispositions reconnaissent clairement le caractère culturel et non lucratif de l'activité des Ciné-clubs lesquels, pour ces raisons, sont déchargés de toute contrainte fiscale et, en particulier, de toutes taxes sur leurs « recettes » : en conséquence, les Ciné-clubs ne sont pas concernés par les nouvelles dispositions en matière de fiscalisation des associations (instruction du 15 septembre 1998, mise en application le 1er janvier 2000).
En contrepartie, ces règles établissent un certain nombre d'obligations auxquelles les Ciné-clubs doivent se soumettre, obligations considérablement assouplies, depuis 1994, par la volonté du Directeur Général du Centre National de la Cinématographie (CNC), ce qui permet aujourd'hui de constater qu'il y a adéquation entre les règles et la pratique des Ciné-clubs.
Sur le plan juridique, il faut:

-                      que le Ciné-club soit constitué en association (ou en section d'association) conforme à la loi de 1901,

-                      que le Ciné-club soit affilié à une Fédération habilitée* à diffuser la culture par le film (et à une seule),

-                      que le Ciné-club reçoive, dans ses séances, des adhérents porteurs de cartes,

-                      que le Ciné-club programme tous les films qu'il présente par l'intermédiaire de sa Fédération de rattachement,

-                      que le Ciné-club n'utilise pas de moyens publicitaires commerciaux mais qu'il informe ses adhérents par circulaires ou bulletins, par voie d'affichettes 40 x 60 cm, par communiqués de presse non payants.

Les Ciné-clubs ont désormais accès aux films un an après leur sortie commerciale (au lieu de trois ans précédemment) et même, par le jeu des « dérogations », dans un délai plus court qui peut être, dans de certains cas, ramené à trois mois…

 L'engagement associatif ______________________________

Celui-ci est inscrit dans la réglementation (statut du cinéma non commercial) qui lui a été imposée et qui, avec le temps, s'est transformée en véritable « Constitution » des Ciné-Clubs et des Fédérations de Ciné-clubs : ce statut, en effet, définit un territoire qui ne peut être que celui des associations culturelles, animées par des bénévoles et sans but lucratif, autrement dit des Ciné-Clubs. Confirmation a été donnée de l'adéquation de la réglementation avec les exigences de l'actualité lors de l'application, en janvier 2000, de la Loi sur la Fiscalisation des Associations, quand le Ministère de l'Economie et des Finances a reconnu que la réglementation des ciné-clubs, « associations habilitées à diffuser la culture par le film » répondait par avance aux critères exigés de non-lucrativité, les 4 P (Projet, Public, Prix, Publicité).
L'engagement associatif est inscrit également dans le terme identitaire de « CINÉ-CLUB » dont, par définition, les Ciné-clubs, seuls, sont autorisés à faire usage.
Le ciné-club est une association dans toute l'acceptation du mot, c'est-à-dire une association fondée sur:

-                      l'acte volontaire de se réunir,

-                      d'une manière durable,

-                      pour une union dans un but déterminé.

-                      il s'agit d'un élan collectif, du désir originel « d'être ensemble ».

De ce fait, le ciné-club est une forme de démocratie directe.

 
La liberté d'action

__________________________________

L'histoire du Mouvement Ciné-Club est, depuis 50 ans, l'histoire d'un combat contre toutes les entraves à la liberté de connaissance et d'expression. L'action des Ciné-clubs s'exerçant dans le domaine de la création cinématographique, la mission de la Fédération a été de permettre à ses associations adhérentes l'accès le plus large possible aux films de qualité.
La Fédération a construit un partenariat actif avec la profession et, plus particulièrement, avec la distribution cinématographique:
 

-                      édition annuelle du catalogue de tous les films disponibles en location (35 mm et 16 mm) pour des séances conformes à la réglementation non commerciale,

-                      acquisition de droits non commerciaux et édition, en exclusivité, de copies 16mm (depuis 1981, essentiellement par l'entremise de la Coordination des Fédérations de Ciné-clubs avec l'aide du CNC et du Ministère de la Jeunesse et des Sports),

-                      fonctionnement d'un service de programmation de haut professionnalisme.

Le Ciné-club est une association financièrement autonome qui a la responsabilité de son budget (recettes propres, subventions, charges), condition indispensable à son indépendance et à sa vitalité.
Ainsi s'est créé, sans aucune soumission à ce qu'il est convenu d'appeler « les lois du marché », un marché parallèle qui prolonge, sur de nombreuses années, de façon singulière, la vie de films de toutes les époques, de toutes les origines.

Conclusion _________________________________________

Le Mouvement Ciné-club a inventé de nouveaux rapports entre le cinéma et le public, des rapports d'intelligence et de complicité, fondés sur l'exigence de qualité et la liberté de jugement.
On sait le rôle fondateur qu'a joué le Mouvement Ciné-club dans l'élaboration de la politique culturelle de notre pays en faveur du cinéma.
Du mouvement associatif et libertaire des Ciné-clubs sont nées de multiples expériences et pratiques qui font de notre pays celui de l'amour du cinéma : cinémathèques nationales et régionales, réseau des salles Art et Essai, festivals, cycles cinématographiques de grandes institutions et de musées, dispositifs du CNC (école et cinéma, collège au cinéma, lycéens au cinéma), etc…
C'est la force du mouvement Ciné-Club que d'avoir servi de modèle, d'être devenu, pour beaucoup, un label d'excellence et d'avoir pérennisé les principes qui caractérisent son action et son originalité.

 
 

20 juin 2006



* Le CCC est affilié à la fédération Inter Film

Mise à jour le Samedi, 23 Septembre 2006 03:57
 
French (Fr)

Rechercher

Sondage

Qui est en ligne ?

Nous avons 3 invités en ligne

Visites

225182
Aujourd'huiAujourd'hui42
HierHier64
Cette semaineCette semaine391
Ce moisCe mois1686
TotalTotal225182
US
UNITED STATES
US

This page uses the IP-to-Country Database provided by WebHosting.Info (http://www.webhosting.info), available from http://ip-to-country.webhosting.info