Visages de guerre(s)

Visages de guerre(s) (2)

Le 5/10/2016: Johnny got his gun

 

Johnny s’en va-t-en guerre / Johnny Got His Gun

(Dalton Trumbo, USA - 1971)
Festival de Cannes 1971 :
Grand prix spécial du jury et Prix FIPRESCI (Prix de la Critique internationale)

Mercredi 5 octobre 2016 à 20h
Cinéma Juliet Berto, Place Saint-André, Grenoble

« Jamais l’absurdité et la cruauté de la guerre n’ont trouvé meilleure illustration

que dans ce film de Dalton Trumbo, réquisitoire à la fois naïf et implacable.

Un film coup de poing devenu une référence ». Arte

« Johnny held a different meaning for three different wars.

 Its present meaning is what each reader conceives it to be,

and each reader is gloriously different from every other reader,

and each is also changing. I've let it remain as it was to see what it is.»

Dalton Trumbo [Los Angeles March 25, 1959].

Johnny got his gun est d'abord un roman de Dalton Trumbo paru le 3 septembre 1939, soit deux jours après l'entrée en guerre des Etats-Unis. Le livre, inspiré d'un fait divers réel, raconte l'histoire d'un soldat mutilé au front lors de la première guerre mondiale. Réalisé en 1971 par l'auteur, ami de Luis Buñuel, le film inspiré du roman, reçoit la Palme d'or à Cannes en pleine guerre du Viêt-Nam. C'est dire à quel point le film est lié à la guerre, à la fois par son propos mais aussi par son histoire.

Dalton Rumbo : Pourquoi j’ai écrit « Johnny got his gun »

[Extrait du Dossier de presse du Distributeur Tamasa]

Une cellule ici, un cercueil là-bas.

Les chiffres nous ont déhumanisés. Au petit déjeuner, en prenant notre café, nous lisons dans la presse que 40.000 Américains sont morts au Vietnam. Au lieu de vomir, nous nous servons du pain grillé.

Voici une équation : 40.000 jeunes morts, 3.000 tonnes de chair et d’or, 55 tonnes de matière cérébrale, 190.000 litres de sang, 1.840.00 années de vie qui ne seront jamais vécues. 100.000 enfants qui ne  naîtront jamais. C’est là un luxe que nous pouvons nous offfrir : il y a déjà trop d’enfants qui meurent de faim dans le monde.

Est-ce que nous nous réveillons en hurlant la nuit quand nous en rêvons ? Non. Nous n’en rêvons pas parce que nous n’y pensons pas, parce que cela ne nous touche pas. Nous nous intéressons davantage aux lois et à l’ordre, afin de faire régner la sécurité dans nos rues d’Amérique tandis que nous transformons celles du Vietnam en égouts qui charrient du sang. Nous en refaisons le plein chaque année en forçant nos fils à choisir entre une cellule de prison chez nous et un cercueil là-bas. « Chaque fois que je regarde le drapeau, mes yeux se replissent de larmes.» Les miens aussi.

Que deviennent les blessés ?

Si les morts ne représentent rien pour nous, sauf pendant le week-end du « « Memorial Day », que dire de nos 300.000 blessés ? Sait-on où ils se trouvent ? Ce qu’ils ressentent ? Combien ont perdu au total de bras, de jambes, d’oreilles, de nez, de bouches, de visages, de pénis ? Combien d’entre eux restent sourds, muets, aveugles ou les trois à la fois ? Combien ont été amputés d’un, de deux, de trois ou de quatre membres ? Combien d’entre eux demeureront immobilisés jusqu’à la fin de leurs jours ? Combien d’entre eux végèteront en silence jusqu’à leur dernier souffle dans de petites chambres obscures ?

En savoir plus...

Le 28/09/2016: Apocalypse now

Mercredi 28 septembre 2016 à 20h
Cinéma Juliet Berto
Place Saint-André, Grenoble

Cycle "Visages de guerre (s) (1/2)

Apocalypse Now

(Franci Ford Coppola, USA - 1979)

" Mon film n’est pas du cinéma. Son sujet n’est pas le Vietnam.
C’est vraiment le Vietnam. C’était réellement comme ça. C’était dingue… et de la façon
dont nous l’avons fait, c’était vraiment comme ça que les Américains étaient au Vietnam.
Nous étions dans la jungle, nous avions trop d’argent, trop d’équipement
et petit à petit, nous sommes devenus fous." 

Francis Ford Coppola dans sa Conférence de presse à Cannes en 1979.
[
in Conrad, Les Cahiers de l’Herne, 2014, p. 350.]

Serge Daney sur Apocalypse Now
Coppola remonte le fleuve de la civilisation à la barbarie, pas la barbarie des autres, mais celle dont on provient, dont toute civilisation provient, du côté de la horde paternelle. Si cette remontée-là aussi tourne court, c’est parce que Coppola n’a pas vraiment choisi entre délire surréaliste et cruauté ethnographique. [...] Coppola n’est sans doute pas un cinéaste aussi profond que Kubrick (pour rester chez les géants). On a vu que son jeu de pistes ne mène nulle part vraiment, déçoit. Pourtant, c’est un extraordinaire entrepreneur de spectacles et le plus réussi dans Apocalypse Now, c’est cette autre remontée du fleuve qui mène Willard à Kurtz de spectacle en spectacle, presque de « show » en « show ». C’est là où Coppola est souvent un très grand cinéaste. [Cahiers du cinéma n° 304 (Octobre 1979)].

 
 
En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Radio Campus Grenoble

13-03-2015 Hits:17438 Partenaires Christophe

Radio Campus Grenoble Bâtiment EVE 701 avenue centrale – Domaine universitaire 38400 Saint Martin d’Hères cedex Tél :04 56 52 85 20

En savoir plus...

Ville de Grenoble

12-12-2014 Hits:18031 Partenaires Christophe

Hôtel de Ville de Grenoble 11, boulevard Jean Pain CS 91066 38021 Grenoble Cedex 1 Tél. 04 76 76 36 36 Fax 04 76 76 39 40

En savoir plus...